lolita c'est moi ...
lolita c'est moi ...
lolita c'est moi ...
lolita c'est moi ... et parfois toi, vous, elles.

mercredi 3 novembre 2010

Le jour où j’ai préparé ma tournée presque mondiale

« Voilà c’est bientôt finiiiii
On a tant ressassé les mêmes théories
On a tellement tiré chacun de notre côté
Que voilà, c'est fini
Trouve un autre rocher petite huître perlée
Ne laisse pas trop couler de temps sous ton p'tit nez
Car c'est fini...hum, c'est fini … »

Au début, lecteur de mon coeur, je voulais m'arrêter aux deux premières lignes mais franchement je ne voulais pas te priver de cette histoire d’huitre perlée que, personnellement, j'ai trouvé d'une classe intergalactique !

Bon un peu de sérieux. je t’arrête tout de go lecteur de mon cœur, car je sens déjà que tu pleures et, je sais, que si je te laisse comme ça, dans le doute, je vais retrouver, dans les jours à venir, ma porte d’entrée constellée de gerbes de vinasse de fleurs et de mots pleins de désespoir.
Non Lolita ne meurt pas, ce n'est pas parce que j'écris peu que je vais pêter ce blog, parce que bon je me connais j'aurais besoin d’en rouvrir un autre, de m'arrâcher les cheveux pour trouver un nom, qui me plaise, qui ne soit pas déjà pris, et qui claque un peu sa race, de refaire une bannière et tout et que franchement ça me gave rien que d’y penser, alors que la machine, l'entreprise, que dis-je la Multinationale Lolita réunie déjà tout ces critères.
Ce qui sent par contre le sapin, c’est ma vie in da Firme. Et oui, pour celles qui étaient à l’anniversaire de Lezspace et m’ont presque vu sortir nue d’un muffin, je vous en avais déjà parlé, ou pas, mais c’est parce que finalement ce soir là j’ai parlé à peu de personnes. Pour celles qui me connaissent en irréelle IRL je vous ai déjà rabattu les oreilles avec tout ça alors bon j’s’rais vous je zapperais la note de suite et j’irais me servir une coupe de champ’ avec des framboises.
Pour celles qui restent, les trois/quatre dans le fond collées au radiateur, je vais vous raconter tûte l’histoire qui fait que bientôt je vais pouvoir aller danser au revoir, au revoir président dans le bureau de Mister Bean.
En mai, j’ai reçu, comme toutes les autres firmes, hein c’était pas genre une exclu just for Lolita (enfin un ti peu quand même parce que moi je l’ai eu en avant première parce qu'avec Bonnemine (mon ancien binome) j'ai grave la côte) une annonce de mission. Une mission pas vraiment top-secrète mais top intéressante.Car en plus d’avoir l’avantage de me faire quitter la Firme du 93 pendant trois ans, elle associe des domaines qui me plaisent grave. Non, non Lionel, lecteur de mon coeur level 120 ceinture noire, ces domaines ne sont pas l’alcool, les filles, le bondage désolée au travail je suis un peu plus pragmatique (ou pas c’est selon).

La Grande grande Firme au plus hauts des cieux a décidé de changer le logiciel de ses firmes, passant des grosses firmes parisiennes, aux petites firmes dans le fin fond du trou du cul du monde, car oui saches-le la Firme est everywhere … ou worldwide c’tu préfères.
Ils ont donc décidé de créer une armée équipe d’élite pour former et accompagner les équipes. Informatique, formation, théatralisation du bousin et échapper à cette Firme du 93 !!! OMFGQTSM !!!!!
J’étais joie, donc forcément j’ai postulé, je suis allée passer mon petit entretien, mon petit tailleur et moi ont a déchiré notre race au point qu’on est déjà les chouchous du chef de projet et zou une formalité plus tard (pour le siège de la firme ça équivaut à trois semaines de loooooongue attente) je savais que j’intégrerais la Dream Team !
La mission était prévue pour un lancement fin juin. Je jubilais et faisais des triple lootz piqués de joie dans le hall de la firme
La mission a été reporté à début septembre. J’ai serré les dents et fait du boudin
La mission a finalement été validé pour le 15 novembre. J’ai longuement pleuré et me suis roulée par terre en menaçant d'avaler du Harpic fraicheur verte si c'était encore repoussé.
Mais maintenant, maintenant que c’est la quille, que je suis à J-5 du départ, que j’ai reçu mon petit mail m’annonçant cette rentrée tant attendue je me suis dit que tu méritais enfin que je partage ma joie, mon bonheur, ma félicité avec toi.
A partir du début 2011 je vais donc sillonner les routes, mon portable, mes tailleurs, mes talons hauts, et moi-même. C’est une vrai tournée qui s'annonce !
Ce nouveau logiciel a un nom qui ressemble à une Opérette, ouais je sais ça peut paraitre ringard mais moi je m’imagine déjà très bien articuler une semaine entière de formation à coups de grands airs d’opérette. Pour un peu, si je me démerde bien je pourrais meme le faire en tenue de scène, ce qui avouons-le, enverrait du bois !
Maintenant que je t’ai redonné le smile, que Lolita ne ferme pas ses portes, je sais très bien c’que tu te dis. Bah oui je suis relativement forte, qu’est-ce que tu crois. Tu en doutes ? tu veux une preuve ? ok fine … Alors tu dois te dire un truc du genre :
Ouah putain mais Lolita va sillonner la France ?! mais, mais peut-être qu’elle va passer dans la région ?! Han mais ce s’rait trop bien d’la voir et de lui payer des millions de coupes de champagnes et de lui faire des cadeaux hors de prix ! Faut qu’j’ui d’mande si elle pense passer par chez moi ?!
Alors est-ce que j’ai tord ? non tu vois que j’te connais comme si je t'avais fait !

Alors pour te répondre je n’en sais encore fichtrement rien… Bah oui est-ce que tu savais qui allait être ta voisine de classe, ou ta prof de SVT avant ta rentrée ? bah woilà moi c’est pareil. Mais promis, si tu mon amie fb, bref mon amie pour la vie saches que je te le dirais et que tu me payes des coups pour sûr j’accepterais !
Allez je retourne faire ma longue liste des cadeaux que je veux pour mon pot de départ ... Ca a un gout jouissif de Noel avant l'heure je vous dit qu'ça !


mercredi 29 septembre 2010

Le jour où je suis passée de la Comté au mordor sans toucher les bords


Hanlala c'est la panique ! Le compte à rebours ! Le début de la fin ! Ahhhhh j'ai peur lecteur de mon coeur !
Alors non je n'ai pas pété une cacahuète, je n'ai pas oublié que la fin du monde c'est dans 814 jours (et oui j'ai une application pour ça), et non on ne pas décelé d'autres maladies incurables que la folie douce, mais n'empêche j'ai les boules, les glandes et les crottes de nez qui pendent à l'approche de cette date fatidique ... Les 6 mois... nos 6 mois car Anne Haunyme a la joie et l'extrême honneur de me supporter depuis autant de temps ... parait même qu'elle en redemande la Folle j'te jure.

Chez les bisounours on devrait faire une fête de ouf guedin avec des ballons, des cotillons et du melon, ou si on était genre dans un cube avec d'autres gens et des caméras on se serait déjà marrié devant la France entière et on aurait pouponnée un bout de plastique qui chouine mais en fait non on est dans la vie normale donc jusqu'à il y a encore deux semaines c'était une date lambda début octobre, calée entre un vendredi et un dimanche, bref pas de quoi pété cette fameuse cacahuète.

Mais c'était sans compter la diabolique Océane Rose Marie et ces histoires de cûples ! Vraiment en invitant Anne Haunyme dans cette toute petite salle obscure je pensais que c'était une bonne idée. Non mais sérieux, j'avais trainé Wow l'année d'avant pour rire comme des dindes qu'on est devant cette charmante demoiselle et j'en gardais un délicious souvenir plein de ahahah, de ohohoh, de uhuhu et même des han ouais c'est grave ça ! (mais bon je résume hein). Le paramètre que je n'avais pas pris en compte c'est qu'à cette époque-là j'étais célibataire et que du spectacle outre les mouarfmouarfmouarftropdroleuhlameuf j'avais passé mon temps à regarder les quelques filles charmantes des rangs devant moi.
Mais là, le corps tout contre celle qui me fait chavirer j'ai du me rabbatre sur le spectacle ( à défaut de m'ébattre avec Anne Haunyme).
Alors voilà Océane fait partie de la ligue des gentlemen extraordinnaires des LLI, parce que dire Les Lesbiennes Invisibles à la longue ça assèche la bouche, on a des gerçures, on doit mettre du Labello et je t'avoue tout go, lecteur de mon coeur en pâte à sel, le Labello je trouve ça craspouille.
Donc, enfoncée dans mon siège j'écoutais assidûment l'histoire de la vie d'ORM (ahlala Océane on a les initiales qu'on a chérie ;)) et han j'y retrouvais plein de trucs de ma life. Bah ouais moi aussi on m'a dit "Han non Lolita ... t'en ais pas, t'en ais pas, t'en ais pas" au détail près que je n'ai pas vendu mon âme chez Quick ni ma tignasse chez Tony and Guy, moi aussi je m'étais heurté à la gouine branchée qui fait toujours la gueule, parce que sourire c'est so 89's babe, et oui, oui, oui ! j'avais passé mes samedis après-midi chez ikea, castorama, dans le trou du cul chat, alinea pour choisir la teinte de peinture qui irait le miiiiiiieux avec le voilage macaron givré et les coussins thé vert des anciennes colonnies du Sri-Lanka.
Du coup p'tain le spectacle il était grave bien d'où les ahahah, ohohoh et même les uhuhu.
Et puis il y a eu cette anecdote, une parmi tant d'autre, et pourtant c'est celle qui m'a autant stressé que si Océane avait traversé la pièce accrochée au plafond en vociférant que Dieu la baise. Elle a brossé le portrait du cap des 6 mois. La mutation de la relation.
Ce cocon chaleureux qui fait que depuis 6 mois ... bah c'est pas sur mon clavier que j'ai envie de balader mes mains sauf quand je doit te parler de trucs hyper importants comme la fiente de chien bien entendu.
Argh c'est comme les antibiotiques c'est pas automatique mais putain y'a risque quoi ! Y'a risque que de panpanculcul on passe à planplan-sansculcul ! Alors j'ai décroché du spectacle à ce moment là, regardant l'ombre de ma douce qui rigolait dans le noir. je l'imaginais à côté de moi sur mon canapé parfaitement assorti à mes rideaux religieuses au chocolat en train de s'empiffrer de junk food devant la saison 6 de How I met your Mother, la 2 de Glee, la 5 de IT Crowd, la première de Walking dead, la arghhhhhhhhh ma tête bouillonnait !
Plus de complicité, de rires, de jours et de nuits dans la moiteur de nos corps, de folie, de trouvailles et retrouvailles juste des images, des génériques, des intrigues à vivre sur un écran gavé de pixels. Arghhhhhhhhh ! J'en avais des suées mais j'ai gardé bonne figure, j'ai applaudi à la fin, j'ai eu la chanson du rappel dans la tête deux bons jours et j'ai continué ma petite vie comme si de rien n'était.
Après tout, maintenant j'étais conscience du bousin et c'était à moi, telle un prince une princesse de Lu de relever ce défi, ne pas sombrer dans la frénésie des séries !
Deux semaines se passent avec cette idée en tête, ce risque, cette peur tapie dans le dedans de mon esprit, jusqu'à ce que je retrouve enfin ma dûce, jolie, bonheur dans mon corps pour le week-end.
Petite dinette et discussions, rire, complicité, tout y est ... et, en ayant discuté quelque temps avant on se lance dans un marathon Seigneur des Anneaux après le diner, roulées l'une contre l'autre sur le canapé je ne sens pas le piège se refermer sur nous et je me fais prendre au piège comme une débutante. Ce n'est qu'en mettant le premier film en route que je réalise.
A raison de trois films en version longue, à 3h le film c'est plus de treize heures (oui parce que pause pipi-caca-prout toussa quoi) pour un putain d'anneau de merdeeeeeeee ! Je pleure intérieurement quand Gandalf arrive dans la Comté, qu'il me fait péter une cacahuète ses putains de pétards en forme de dragons, ça y est c'est les 6 mois, en plein d'dans ! Princesse de Lu : 0 - Le monstre des 6 mois : 1.

C'est là où, me disant que c'est la fin de nos nuits sans fin, je me rend compte que ni l'une ni l'autre n'étions fataliste, qu'Océane Rose Marie c'est ORM et que nous c'est nous (et vous c'est vous) et que surtout que passer de la Comté au lachage de bague dans le Mordor sans rien suivre de tout l'bousin au milieu c'était formidable parce que déjà on voit pas la grosse araignée dégueulasse qui fait une papillote de Frodon, que l'elfique je maîtrise pas trop et que c'est ma télé sous titre pas l'elfique (je sais c'trop nul) et qu'enfin la malédiction des 6 mois c'est juste du grand n'importe quoi !

Allez cap sur les un an ! Hiiiiiiiiiii !


jeudi 2 septembre 2010

Le jour où j'ai rempli ma fiche de rentrée

Ça y est c'est la déferlante de chouinards dans les couloirs du métro, les boulangeries sont prises d'assaut par la ligue des bouffeurs de quatre heures, les terrasses des bars sont prises en otages dès 17h par une rafale de format A4 à grands carreaux,bref, tu l'auras bien compris le Lionel, fidèle d'entre tous les fidèles c'est la rentrée des classes !
C'est l'occasion pour les plus nostalgiques de ressortir leurs calculatrices FX92collège (un collège pour le collège, c'est marqué d'ssus tu peux compter dessus (même pas honte de me rappeler la pub, comme ça, genre hyper naturellement, genre ça va me polluer toute la journée, genre je risque quand même de chantonner ça devant la photocopieuse quand je serais à la Firme)), d'aller sniffer en toute impunité de la colle cléopâtre (non, là désolée je me rappelle pas de la pub ... mais je me rappelle grave de l'odeur ... hummmmm) ou de parader à un rendez-vous client, ou à une rentrée professionnelle avec un cartable soooo vintage Tann's .
Mais c'est aussi l'occasion de repenser avec nostalgie aux vacances de l'été qui viennent irrémédiablement de se terminer. D'ailleurs quand tu faisais ta rentrée, t'avais une petite fiche à remplir, avec ton nom, ton prénom, ton âge, le travail de tes parents, tes allergies et aussi un essai libre petit texte sur comment c'était trop d'la ballouze tes vacances !
Tu le sais Lolita a une âme de gamine, et c'est donc pour ça que cet été, elle ne t'a pas cassée les papattes arrières avec ses vacances ! Mais c'était sans compter la rentrée, l'envie de fuir de Paris, d'être riche et en vacances all ze time, bref ce sentiment un peu mélancoli-colchiquedanslesprès qui me prend ce matin. A mon tour de faire ma dissert' de l'été.
Quand t'as 8 ans, ou même 16 ans, les vacances c'est putain d'deux mois quoi ! Maintenant que t'es grande, que tu payes des impôts, que ton ebook a remplacé ton ardoise velleda dernier cri, faut être honnête t'es comme tout le monde, tu cases deux semaines de CP en plein sur des fériés, avec un ou deux jours cadres et en route pour trois pauv' malheureuses semaines de paix royale loin de ta Firme à ton. Les profs, instits toussa y ont une dérogation spéciale (parce que j'entend déjà Zeste me faire bisquer ... la Garce La mufflette !).
Au début de l'année je faisais des plans sur la comète, je me voyais en Egypte, sur une grosse Harley sur la route 66 et j'en passe, voulant oublier que mes vacances au ski s'envolait en électricité (coup de pute, ou cadeau de noël de la part d'edf qui a jugé bon de recalculer au réel ma consommation sur les deux dernières années ... j'te jure y'en des gens qu'on que ça a foutre !). Mais c'était sans compter la loi d'la réalité, la crise toussa, et aussi La Firme. Car oui une fois n'est pas coutume, pour la Noyel la Firme m'a offert mes vacances !
Bon je te rassure, la Firme est une pute mais pas au point de m'envoyer en vacances à Vélizy ! Non c'est à Amsterdam, dans un bel hôtel quatre étoiles que j'ai pu oublier tout ce stress accumulé ces six derniers mois.
Quand la Firme m'a fait ce beau cadeau, Anne Haunyme n'existait pas il faudrait l'inventer, alors j'ai décidé d'inviter Wow ma coupinette qui elle aussi avait bien besoin d'évasion !
Nous voilà en plein juillet dans notre première classe ( oui avec la Firme on se refuse rien) en direction des stratt, des putes, de la perdition.
J'étais quand même rassurée de ne pas me retrouver dans une auberge de jeunesse en plein quartier rouge, rapport au film Hostel qui, même s'il m'avait just blasée sur le moment, me rendait un peu flippette une fois les billets de train dans la mimine.
Je pourrais te faire un compte rendu digne du journal d'Anne Franck de notre séjour là-bas mais franchement, entre moi et moi, je sais que tu t'en bats sévère et je te comprend, les soirées diapos très peu pour moi. Mais en vrac saches que, le vintage est une notion que les hollandais n'ont pas compris, il ne suffit pas de traîner un jean neuf dans la boue devant son magasin pour le rendre vieux et chic. Que la culture devrait être une priorité absolue et que des musées à 18 euros c'est juste hallucinant, aberrant, décevant, et que d'un commun accord, Wow et moi on préfère naviguer de wiki en tumblr pour émerveiller nos yeux. Que soit nous sommes tel Obélix, tombées dedans quand on était petite, soit que nous sommes plus frâllée que la moyenne, mais qu'en tout cas, il n'est pas nécessaire, avec nous, de s'enfumer la tête dans les coffee, alors qu'au naturel, nous sommes so stoned ! En veux pour preuve les nombreux commerçants qui ont du halluciner après notre passage digne d'une tornade, avec une mention spéciale pour le gros z'indien du Quartier rouge, qui me pensant soooo stoned, m'a pardonnée, d'avoir renversé toute une étagère de bouteilles, quasi pété son frigo, m'être cassé la gueule sur lui en partant ... Qu'il est facile d'improviser des séances photos dans des petites boutiques de fringues, et que du coup j'en suis sûre, le haut de forme est mon must have de l'hiver. Et enfin, que le vélos rules Amsterdam. je pense que nous avons échappé à pas loin de 200 attentats à pédale en l'espace de quatre jours.
Et en parlant du code de la route, il y a un truc que tu dois savoir. Un truc qui nous a fait fuir presque clandestinement le pays, tant on avait peur d'une campagne d'affiche de la police locale genre wanted dead or alive. Si tu traverses en dehors des passages piétons il t'en coûtera 25 euros et que la flicaille hollandaise ne plaisante pas du tout, du tout avec ça.
T'imagines le bordel pour des françaises, vivant à Paris de surcroît de respecter le bousin. En quelques jours notre cagnotteamende personnelle affichait la bagatelle de 31.150 euros ! Du coup, c'est clair il nous fallait rentrer en France sans se faire chopper par Interpol aux Douanes et de nous tenir à carreaux quelques temps! mission réussite puisque je ne t'écris pas de derrière des barreaux !
Des caneaux, des fourires, des photos, des souvenirs, du shopping, du cheese, en vrac dans la valise ma Wowminette c'est quand tu veux qu'on repart !

Voilà Maîcresse, j'ai fini ... ça y est, elle est là, la rentrée ... arghhhh !


mercredi 18 août 2010

Le jour où tante Irma m’a rendue visite


Une semaine que ça se profile, une semaine que je suis sur la défensive.
Tante Irma arrive et saches-le lecteur de mon coeur, Tante Irma et moi on est genre aussi brouillées que des oeufs.
D’manière quand tu vois comment ça a commencé entre elle et moi ça pouvait pas bien s’passer. Non mais sérieux, tu te rappelles les cours de sport au collège ? Avec tes trente deux copains de classe et le prof un poil pervers, un misogyne élevé aux grains, avec son yogging (oui un yogging parfaitement ... un jogging de Yoda... un jogging de jedi quoi ?! Bref un jogging de winner quoi ¡ pfff) aux couleurs flashys (ah bah oui hein on est dans les années 90, on est fluos, on est LC waikiki, et fido dido) et au bas mots une taille de moins que la décence le voudrait.
Bon tu te souviens peut-être pas du programme de 4ème mais bon comme chaque année tu as la course. Tu sais le truc qui te fais comprendre jeune, que toute ta vie l’autorité va essayé de te faire tourner en rond.
Moi j’ai toujours eu horreur de courir. Après une balle, un ballon, une meuf, pas de problème je suis ton homme over là, mais pour ce qui est de courir autour d’un terrain, après rien, dans un but ... incertain (genre avec au moins la moyenne quoi) ça n’est pas possible ! Je crois que j’ai tout eu, des faux claquages du g’nou, des crises de tétanie, je me suis cachée derrière les arbres au premier tour pour en ressortir au dernier, tout fait j’te dit mais malheureusement à chaque début d’année ça recommençait.
Me voilà donc à courir face au vent de septembre (han c’est beau) sans un ipod pour m’accompagner quand v’la ti pas que je sens qu’on me cours après. Limite une course poursuite. Je me retourne, discrètement, du moins j’essaye, et je la voie. Tante Irma me cours après, elle est sur mes talons, voire même plutôt elle me colle au cul. Elle est tellement Extravagante avec sa tenue rouge carmin qu'on voit qu'elle sur le terrain. Personne de ma classe ne rate la scène bien sûr. Mon prof n’en loupe pas une et me dit en vociférant de filer régler mes problèmes personnels séance tenante, bref Tante Irma était apparu dans ma vie de manière fracassante et forcément j’avais déjà envie de la voir disparaître.
Pendant toute mon adolescence Tante Irma ne m’aimait pas trop. J’étais trop rock’n’roll pour elle, du coup elle venait me voir de manière assez irrégulière. Je m’en plaignais pas vraiment hein n’étant pas très famille à la base. Certainement que c’était mérité mais elle a genre disparu pendant un bail, bon moi j’ai cru qu’elle était morte mais comme on ne me parlait point d’héritage je me suis dit qu’il y avait autre chose.
L’autre chose c’était moi, ma vie d’adolescente à la Skins était trop bordélique pour elle du coup c’était fini niet popof elle voulait plus me voir !
Bon moi j’ai continué à me débattre dans le bordel qu’est l’adolescence, j’ai surfé tant bien que mal et quand je commencé à gérer le bousin, en plein cours de sport, au lycée, pendant que je jetais des ballons de volleys dans la dernière demeure de Ronsard [true story] devines qui est revenue derrière moi, me coller aux baskes, ou une fois de plus me coller au cul ... Aunt Irma !!!
Bon comme j’avais grandi et que je savais sa valeur (son héritage entre autres) je me suis réjouie de la voir, du coup on se faisait un petit truc tout les mois, mais pas toujours hein, parce que Irma est capricieuse, Irma n’aime pas la pluie, Irma aime faire des surprises, bref Irma est une grosse chieuse !!! Sur'ment que c'est d'famille, hahem ...

Irma a surtout commencé a vieillir ... Du coup à l’insu de son plein gré je l’ai gavée de cachet. Enfin gaver faut pas pousser, juste c’qu’il fallait. Franchement c’était bien cool, elle venait, on s’installait, elle faisait ce qu’elle avait à faire et c’était sans heurt, sans douleur, une fois finie je lui disais au revoir sur le pas de la porte et zou la vie continuait.
Mais un jour les cachets sont devenus inutiles, pourquoi donner ça à Aunt Irma ? Pour masquer sa folie ? genre moi, qui suis certainement aussi cinglée qu’elle ? Pourquoi ne pas laisser la nature reprendre son cours me suis-je dis...
Ahlala malheureuse que je suis :! Irma avait découvert le subterfuge et m’en a fait bavé, mais bavé ! Chaque visite est devenue une torture ! Elle me donne mal à la tête ! Elle me force à manger, et alors je me sens bouffie ! Les jours avant sa venue je suis tellement stressée que je pleure d’un rien, rigolant deux minutes après. Je développe des maladies imaginaires, des douleurs dans le ventre, dans le dos, je m’en bloque les reins, frôlant une explosion de chemisier, je ne veux voir personne, tante Irma me ruine la santé. Mais que puis-je dire ? Après tout je suis contente de la voir quand même, mois après mois, ça montre qu’elle comme moi on est en bonne santé... et c’est important la santé.
Mais là, ou j’ai trouvé qu’Aunt Irma abusé grave c’est quand elle a commencé à jouer avec moi. Elle m’a transformé en girouette, elle me fais perdre la tête, une sorte d’almeizher qui ne concerne qu’elle. Dès que je sors avec quelqu’une, elle se démerde je-sais-pas-comment pour rencontrer aussi vite que possible la tante Irma de ma douce. Oh et puis douce ... douce d’une nuit, d’une semaine ou de la vie elle me le fait pas même le coup !!!
Du coup c'est plus la vue de tante Irma seule avec son tailleur rouge, ses cheveux à la Yvette Hornette, que je dois me farcir, mais une doublette de Tantines. Elle s'en fout si ça bousille mon rythme de ses visites nan, Irma n'a toujours pas digéré les cachets et du coup elle peut venir deux fois dans le mois, juste dans le but de se caler aux visites de la tante Irma de ma chérie.

Tante Irma dis ? Quand est-ce que tu vas arrêter de me coller au cul ?



mardi 3 août 2010

Le jour où j'ai vu un sosie de près


Depuis hier soir et après une délibération avec moi-même qui m'a quand même pris trois semaines, car vois-tu c'est pas que je sois blonde et que pour moi 2+2 c'est un peu comme du Nietzsche, mais il y a des sujets graves et délicats qui méritent recul, réflexion, recherche et méditation, donc j'ai décidé après ce conciliabule intérieur que L'Amour est dans le pré est le programme qu'M6 a décidé de produire pour remplacer les jeudis de l'angoisse qui animaient jadis, j'ose même dire au siècle dernier, la mornitélé de mon adolescence.
Le mois de juillet m'a vu osciller entre abberation et profonde panique que même ta première propulsion dans le space mountain pour ton coeur de cardiaque c'est une caresse sur le cul dans le cou en comparaison.
Nan mais en plus en choisissant James Blunt on touche le fond en musique de fond M6 a réussi un coup de génie de m'effrayer tout en me faisant saigner des oreilles, et ça, lecteur de mon coeur, ça demande une ola ... minimum.

Bien sûr je me doute que ce n'est pas le but initial de cette émission sinon ça se serait appellé un truc du genre L'amour fait flipper dans le près mais le résultat est sans appel, je me cache le museau derrière mes coussins verts, je me ronge les peaux (autour des ongles hein je précise sinon je ne sais pas encore quelle requête google dégueulasse va atterir ici), je me gave de M&Ms pour me rassurer, et ensuite je me fais le tour de mon périph pollué préféré histoire de penser, que dire d'espérer que non, non c'est de la fiction et que des gens comme ça, non, non ça ne peut pas exister.

Mais le truc tu vois, lecteur de mon coeur de boeuf, c'est que comme 78,756% (Source INSEE ou pas) des parisiens je ne viens pas de Paris. Non j'ai un AOC provincial en vrai de vrai. Et qui dit province, dit campagne. Alors soyons clair sinon je sens déjà les insultes, les lettres d'Anne Haunyme anonymes, les contrats sur ma tête, bref de quoi entretenir ma parano, je ne dis pas que la province c'est la campagne mais qu'il est plus facile d'être en contact avec la campagne en zone 8 du RER que quand on ne sort pas de la zone 1-2. Le salon de l'agriculture étant l'exception qui confirme la règle.
Donc dans ma prime jeunesse, j'ai eu mon lot de visites chez les cousins de ma mère grand, les deux vieux gars de, respectivement, 80 et 86 ans, de week-ends dans la maison de mon arrière grand-mère où tu ne vas pas pisser la nuit parce qu'il faut sortir de la maison pour aller dans un truc plein d'araignées et de boogeymen etc ...
Autant j'adore aller me balader en campagne, genre une fois par an pour que mes poumons puissent respirer une fois dans l'année, autant je sais que je ne pourrais pas y vivre. Et c'est en parti à cause des gens qu'on y trouve.
Et pour mon plus grand désarroi ce sont ces mêmes gens qu'on retrouve dans l'amour est dans le pré. J'ai même voulu me rassurer en jetant un coup d'oeil aux blogs, twitters, meilleures amies du monde entier de facebook et en ... mince comment dit-on déja ? ... Ah oui en parlant avec de vrais gens, et je me suis rendue compte que ça ne freakait que moi.

Non mais sérieux vous les trouvez rassurant vous les candidats ? Avec leur passion pour les tracteurs de compet', la country, et le bingo. Peut-être que c'est tout simplement parce que je ne suis pas sensible aux diners aux chandelles dans le PMU du coin. Oui ça doit sûrement être ça. J'ai cru un instant que c'était à cause de certains des agriculteurs qui me ferait faire un La Vienne-Paris au pas de course en Jimmy Choo sans pleurnicher. Car dans les candidats il y a du lourd, et même du très lourd.
Entre ceux qui sous prétexte de passer dans une émission se croient au marché aux bestiaux et choisissent limite en regardant la taille du cuissot, les brisés d'la laïfe qui ont le coeur tout fermé et qui envoient pêtre toutes les brebis qui tentent une approche, ceux qui en ont choisi deux, qui n'ont l'air emballé ni par l'une ni par l'autre et qui finissent par choisir en faisant ploufplouf une vache qui pisse dans un tonneau c'est rigolo mais c'est salop, ceux qui veulent soit une aide à la ferme, soit une bonne et qui pense que candidates ça rime avec Causette ( alors que tout le monde sait que -ates et -ette ça rime pas bordel !) et ceux qui vivent encore en 1960, j'nous trouve bien gâté en personnalité !

Hier soir, une fois de plus, position de replis derrière les coussins couleur des prés, j'ai commencé à faire des cris de peur directement inspirés de Neeve Campbell et puis là le flash ! Je me disais bien que Freddy me rappelait quelqu'un ! Mais siiiiiiiiiiii graaaaaaaaaave ! Quand je vais te le dire, lecteur de mon coeur de la meule, toi aussi tu vas te dire han mais oui mais c'est bien sûr, chuis trop con d'pas y avoir penser avant, heureusement que Lolita, la plus merveilleuse de toutes les Lolitas du monde entier l'a dit sinon je marcherais encore en plein brouillard, ma vie n'aurait toujours pas d'sens toussa ... enfin à peu d'choses près. Freddy c'est le sosie, écoutes moi bien de Keith Flint ! Mais si bordel, tu l'fais exprès ou bien ! Le chanteur tireur de langue de Prodigy !
Bon ok faut un minimum d'imagination, genre y faudrait que le styliste de l'émission d'après, Belle toute nue, y s'colle au relooking. Alors on r'lève les cheveux de chaque côté du crâne, on les bombe en vert, on lui maquille les yeux, on lui relooke ses sapes, et lui fout une quinzaine de piercings, un p'tit acide par dessus pour finir le bousin et vas-y Freddy c'est bon, vas-y Freddy c'est bon, bon, bon tu peux sauter partout en tirant la langue toi aussi ! A toi une nouvelle vie ! A toi les prochains castings de la Nouvelle Star ! Bref Freddy superstar quoi !

Je te laisse imaginer qu'après cette découverte je me suis vachement détendue, j'ai giclé l'coussin, enfilé deux trois martinis, et entonné smack my bitch up en sautillant dans mon salon un peu comme un rituel magique des temps modernes pour faire fuire ma flippe.

Et en bonus track je t'ai contocté (ouai genre c'est pour quand je fais mon ménage mais en fait, en vrai, dans le dedans de moi, je sais que je l'ai fait just for you reader of my heart ! ) une playlist qui te donne envie de courir dans les clairières, de te rouler nue dans le rosé la rosée du matin, de faire des colliers de fleurs à ton amoureuse en bref faire l'amour dans les prés.



lundi 5 juillet 2010

Le jour où on a flirté avec les forces obscures

Ce week-end je suis partie dans les Dom-Toms de Paris : La Banlieue. Hulala quelle expédition ! J'étais joie telle une enfant qui part en vacances. En plus comme il s'était mis a pleuvoir sur mon Père Lachaise dès 9h du matin samedi et que, c'est bien connu, il fait toujours beau dans les dom-toms c'est tip top la belette !
Bon Lolita en banlieue c'est tout un spectacle, entre extase et railleries Anne Haunyme qui m'accueillait chez elle n'a pas eu une minute de répit, mais je te rassure lecteur de mon coeur qui sent la crème solaire indice 40, elle adore ça !
Je ne vais pas te détailler mon week-end parce que ça risque d'être censuré dans le clip mais bon, pendant des heures et des heures on s'est mise la fièvre parce que je te laisse libre d'imaginer ce que tu veux, de fantasmer le bousin ou pas, de penser puzzles, atelier de macramés et de peinture sur corps sur soie.
Nonobstant (250 points, mot compte triple) à un moment la belle Anne ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ? m'a sortie son grimoire offert récemment par son ami le Lion : Le grand et le petit Albert, les secrets de la magie naturelle et cabalistique.
Oui Anne Haunyme elle est comme ça, avant de dormir elle te sort un traité de cabale ou parfois elle te joue du ukulélé au clair de soleil, bref elle sait y faire avec les femmes ou du moins avec moi et c'est l'essentiel.
Ce beau livre relié noir et or m'a fortement intriguée car elle m'avait déjà lu le comment savoir si la virginité d'une fille était effective ou pas et que jusqu'alors la seule méthode que je connaissais c'était de lui poser la question peut importe que la lune soit en mercure ou en vénus.
En cherchant le moyen de calmer mes douleurs rennales de Reine quoi et bien nous sommes tombées du lit sur une pépite d'or qu'on aurait pu transformer en plomb page 352 à moins que ce ne soit l'inverse.
Le traité number two chapter one porte sur les vertus et propriétés de plusieurs sortes de fientes. Et oui ! Les fientes ! Car comme il est dit dans l'introduction je cite : "... la vertu des fientes tant des hommes que des animaux, et comme l'Homme (avec un grand H s'entend) est la plus noble de toutes les créatures (ce qui peut ouvrir le débat pendant des plombes vous en conviendrez, de fiente à l'homme il n'y a parfois qu'un pas long comme un colon à parcourir), ses excréments ont aussi une propriété particulière et merveilleuse (oui il n'avait pas peur des mots en 1703) pour guérir de plusieurs maladies ...".

[Interlude maillot de bain, posage dans le jardin, ode au soleil pour qu'il nous bronze partout comme il faut sans nous brûler (raté), crémage beurrage]

Je pourrais te copy-paste tout le traité comme ça tu saurais comment recycler les fientes de souris et ainsi te faire repousser des poils là où il n'y en a plus, ou encore que la salive d'Homme fait mourir Aspics, serpents et autres reptiles et que c'est comme ça, d'ailleurs, qu'Harry Potter a dézingué le basilic dans le tome 1, en lui crachant un gros mollard en plein dedans sa gueule, ou enfin que les coquilles d'huitres que tu garderas à ton prochain Noël te permettront, excusez-moi du peu, de combattre activement les hémorroïdes.
Mais là où je suis partie loin c'est dans la fiente de chien. Enfin pas loin dans la fiente heinhein mais imagine je te pose le bousin, sort ton encens, tes bougies et tes dvds de Charmed que tu caches honteusement and dream :
"Si on enferme un chien et qu'on ne lui donne pendant trois jours que des os à ronger, on ramassera sa fiente et on la fera sécher, elle est bonne et admirable pour la dysenterie? Voilà la manière de s'en servir : prenez des cailloux de rivière, faites-les bien échauffer dans un feu ardent, ensuite jetez-les dans un vaisseau plein d'urine dans lequel on mettra un peu de cette fiente réduite en poudre que l'on donnera à boire à ceux qui auront ce mal deux fois le jour pendant trois jours, sans qu'ils sachent ce qu'on leur donne. Il n'est rien de plus vrai d'après l'autorité de Discoride, de Galien et d'Eginette que plusieurs personnes dignes de foi et de remarque qui se sont bien trouvées, et moi-même qui vous apprend ce secret, j'en ai guéri en un an plus de deux cents, pendant que plus de deux milles sont morts du même mal après tous les remèdes et toutes les dépenses imaginables. J'avertis les lecteurs que cette fiente est un des meilleurs dessicatifs que l'on puisse trouver pour les vieux ulcères malins et invétérés."
La classe qu'il devait avoir Petit Albert aux soirées de l'ambassadeur en 1703 quand il parlait de ses soins ainsi prodigués.
Mais maintenant en 2010 l'année de la pisse, du délice et de l'écrevisse comment qu'on fait pour utiliser la fiente de chien à bon escient.
Et bien déjà il faut trouver un chien. Alors moi dans mon entourage c'est bien simple il n'y a que ma cheffe qui veut s'acheter un chihuahua. Fine, fine, fine partons sur le chihuahua. Admettons qu'elle accepte de ne pas le sortir pendant trois jours et qu'elle le nourrissent uniquement d'os. Le chichi y pourra manger que des os de cailles sinon c'est pas trois jours mais trois ans qu'il faudra attendre et qu'en matière de fiente tu risques pas d'en avoir pour sauver l'humanité de la dysenterie.
Ensuite pars récupérer des cailloux sur les bords de Seine (bah oui c'est une rivière en quelque sorte, une grosse rivière avec des morts et déjà de l'urine dedans). Tu fais chauffer les pierres dans un feu ardent alias ton micro-ondes et ses 210 watts qui se sentent plus pisser de servir de feu ardent. Tu dois trouver un vaisseau plein d'urine et si t'es comme moi et que t'habites pas près d'une base spatiale t'as que tes chiottes pour servir de vaisseau à pipi (ou parfois de boîte à caca mais ça c'est pour le traité sur la fiente d'humain).
Tu mixes le tout dans ton blender qui te sers d'habitude à faire des petites verrines pour un dîner presque parfait des apéros entre amis. Et voilà ! Il ne te reste qu'à mettre ça dans une bouteille de bière, de coca, de champagne millésimé ou whatever.
Bon maintenant que tu as fait tout ça, que ton appart sent bon ta décoction il faut trouver quelqu'un qui est atteint de dysenterie.
Lecteur de mon coeur c'est le moment de faire don de toi et de chopper une chiasse du tonnerre de Dieu pour voir si ça marche.


mardi 15 juin 2010

Le jour où le Poupoupidou est devenu Légende


Cher Lecteur de mon coeur qui sent bon comme un sapin de voiture il y a quelques jours (bon ok quelques semaines mais oh hey ça va hein j'étais très occupée) c'était un jour de fête et d'allégresse, un jour où t'investis direct tes économies chez Quality Street pour qu'il couvre l'évènement du jour !
Il y a un an et des apparaissait dans nos vies mornes et tristounes (ou pas) un projet fou dans la tête d'une professeuse folldingue à crête : la plateforme Lezspace.
Des filles à gogo et pas n'importe lesquelles ! L'élite des lesbiennes bloggeuses ! Une vraie révolution ! Plus besoin d’ouvrir un million d’onglets pour voir l’actualisation des blogs (pour les moins geekettes) et en tout cas plus besoin d’rss-er hey chérie j’te rss-erais bien entre 5 et 7 des blogs glanés deci-delà à coup de salope lesbienne de Castelnaudary sur Google (c'est tag c'est cadeau).
Si tu m’es fidèle saches que moi pas tu sais que j’ai vainement tenté de me faire embaucher en tant que reporter de choc et de charme pour couvrir les évènements lesbiens de la capitale où je ne vais quasi jamais ! Et bien tel le coyote qui veux chopper Bipbip je n’ai pas dit mon dernier mot et c’est à l’occasion de cette première bougie que j’ai décidé de mettre au point un nouveau plan machiavélique ! Gniakgniak ! Assistantes, faisez péter le paper board de la conquête du monde chapitre lezspace siouplait !!!
Cheval de Troie → Gâteau → Fête d’anniversaire → Lolita → Gâteau → Armement → Menace → Embauche
T’as compris ? Heinhein Lecteur de mon cœur t’es lent comme un pacemaker en fin de vie alors je t’explique !
Puisqu’il y a birthday, il y a fête ! Il y a fête où d’ailleurs tu ramènes ton cul sinon la taulière risque de se fâcher toute rouge comme sa crête ! A l’occasion de cette fête de foulie je vais faire un énormous gâteau en hommage à cette belle année passée en compagnie virtuelle d’un paquet de meufs terriblissime (BA dire un compliment…check).
Le jour J du D day je me cacherais dans le gâteau … Au moment du soufflage de la bougie bam ! je sors du gâteau nue avec mon AK47 de compet’ et, de manière civilisée et quelque peu menaçante, je chanterais Happy Birthday Miss President demanderais à Mat, la taulière de m’embaucher. A mon avis, devant l’assemblée ébahie à qui j’aurais collée les miquettes en deux/deux elle ne pourra pas refuser. Au pire je tue une ou deux bloggueuses que j’aime pas trop et là … bah à moi amour, gloire et beauté !

J’ai jusqu’au 19 juin donc pour mettre en pratique tout le génie que Cyril Lignac et Jamie Oliver vomissent dans le dedans de ma télé. Et comme je suis sympa et créative je vais te dévoiler un bout de ma recette. Comme ça toi aussi, lecteur de mon cœur en bergamote pourrite, tu pourras faire un bon gâteau « conquête du monde ».

Lez'cake préparation

- Tu prends un grand moule (non j'la ferais pas elle est trop facile, trop attendue, je vaux plus que ça).
- Tu tapisses le fond de kleenex histoire de bien absorber ce qui suit.
- Tu égraines les peines, les douleurs, les bleus, les ruptures, la haine, l'incompréhension et tout ce qui t'as donné envie de casser la tête d'un paquet de monde cette année.
- Tu fais flamber, un grand feu de joie et s'il te plaît t'es intelligente tu mets pas ton museau au dessus parce que c'est le principe d'un flamby du flambage aie aie ça brûle c'est chaud fais gaffe quoi.
- Tu vides tout ce fumier dans une poubelle verte histoire que pendant l'année qui vient ça revienne pas. C'est comme un exorcisme tu vois mais sauf que là on éventre pas des chats.
- Tu rinces pour faire place nette.
- Ensuite en vrac tu verses généreusement des soirées, des moustaches collées partout, des rires, des putains d'fous-rires, de la complicité, de l'amour, des bisounours, des lipsticks aux couleurs de l'arc-en-ciel, des projets, des bébés, de l'engagement, de la fierté, de la visibilité. Bref comme disait Lolita's mum un peu d'amour un peu d'alsa et voilà !
- Tu y rajoutes que ce qui te donne le smile parce que bon après tout à chacune sa recette du bonheur.
- Tu relèves avec un grosse grosse rasade de sex, tu lésines pas hein parce que bon sinon ce s'rait pas une douceur ce bon dieu d'gâteau.
- Tu enfournes, thermostat à donf, tu sais c'qu'on dit hein plus c'est chaud, plus c'est bon.
- Tu prends ta plus belle écriture ... et si t'es doctoresse tu le fais faire par une complice copine et tu écris Joyeux Anniversaire Lezspace.

Bon on s'voit samedi ?! Je te laisse car ... arghhhhh j'ai rien à me mettreeeeeeeeeee !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
samedi 19 juin / 18h - 2h / L’Hélicon - 99 rue de Charenton - Paris
Les infos sur LezSpace



jeudi 10 juin 2010

le jour où j'ai fait du goutte à goutte


J'ai du péter tout mon protocole de posting de notes pour te parler du truc chiant comme le soleil (les absents ont toujours tord, le soleil n'est pas là donc c'est de sa faute) qui m'arrive depuis quelques jours.
Dans ma tour d'ivoire de cinq étages il y a mon penthouse parisien, soit mes trente mètres carrés trop chouquinou comme une dollhouse. A l'extérieur de ce charmant chez moi qui sent bon le teck et tonka il y a en sus d'une voisine très borderline (je crois qu'elle est cartonphile... elle collectionne les cartons sur le palier et après brrr ... me demandez pas ce qu'elle en fait JE NE VEUX PAS LE SAVOIR !) j'ai aussi ... des tuyaux. Bah oui désolée c'est d'un banal affligeant mais oh hein quoi tu croyais qu'on était dans Gossip Girl et que mon palier était plein de moulures, de dorures, de raclures et bien non j'ai des tuyaux peints en jaune orangé et même une échelle (ce qui n'a aucun rapport avec l'histoire que je vais te raconter lecteur de mon coeur mais bon c'est juste pour situer, si un jour tu viens à une séance de cartonphilie chez ma voisine et bien tu seras qu'en face c'est oam).
Un soir, tard, tel un tamanoir, je rentre dans le noir de la Firme. Je me dis tiens oh c'est bizarre mon paillasson, enfin les lézards qui sont dessus sont plus sombres que d'habitude. Comme je me soucie de la vie de mes lézards en poil de cul brun j'ai posé mon sac et j'ai touché mon paillasson. Verdict : trempé ! Levant la tête vers le ciel vers le plafond j'ai eu une vision d'horreur, le gros tuyau d'arrivée d'eau qui se situe, j'te le donne en mille Mimile, au dessus de ma porte suinte comme un furoncle en pleine éclosion !
Là telle super Mario Bros je sors ma grosse clef de douze (han j'ai toujours rêvé de dire ça) et je tente d'éradiquer la fuite.
Bon j'ai un léger soucis de dyslexique qui fait que je ne sais jamais dans quel sens tourner une clef dans une serrure donc bien évidemment j'ai tourné l'écrou dans le mauvais sens et me suis prise la douche froide que je méritais. Acceptant d'être plus princesse Toadstool que le gros moustachu j'ai balayé mon game over d'un appel à l'aide à mon propriétaire, lui glissant un petit mot doux décrivant l'urgence du bousin.
L'urgence était là, car bien sûr jouant de la lame de quinze de la clef j'ai en quelque sorte, mais très légèrement amplifiée la fuite. Enfin tu vois aggravée au point de prendre une douche en continue sous une cascade fine mais une cascade quand même, bref une cascadette.
Mon proprio n'étant pas le roi de la rapidité j'ai du me résigner le lendemain, après avoir retrouver mon palier inondé, de couper l'eau. Car ce gros tuyau de merde qui fuit et bien il a au moins l'avantage d'avoir une vanne bleue, l'arrivée d'eau.
Me voici donc depuis quelques jours coupée du monde de toute source d'eau. J'ai l'impression d'être Evangeline Lily dans Lost mais en plus propre et de devoir remplir des bouteilles d'eau une à deux fois par jour pour faire des crucs usuels. Nan mais tu n'imagines pas Lecteur d'amour à la fraise le pouvoir de l'eau. L'eau si elle voulait elle pourrait être Maîtresse du Monde ! Et oui les chéries, ton café comment tu le fais couler sans eau hein ?! Et tes dents, et ton cul, et ta tignasse, sans eau c'est woilou la douche ! j'ai du me contraindre à une ablution par jour faisant couler l'eau pendant que je garrositais la fuite avec des serviettes et à remplir des casseroles d'eau pour le reste du temps.
Il y a un autre point qui est devenu un vrai stress. Les wc. Et oui sans eau, tu peux toujours aller pisser hein c'pas ça le problème. Non le problème c'est la chasse. Pas la chasse aux canards Lionel putain qu'il est con lui aussi hein. Et bien là belote et rebelote je suis obligée régulièrement, étant une miss-pisse-trois-gouttes, de sortir, monter sur un tabouret, ouvrir cette vanne, descendre du tabouret, tirer la chasse, revenir éponger la fuite et attendre un peu que la cuve se remplisse. Ouais c'est hyper pensé comme truc je sais.
Donc ça, ça va bien quand t'es seule chez toi, pas quand t'as décidé d'inviter des potes chez toi pour une dînette, ne parlons pas d'Anne Haunyme qui est punie de chez moi tant que ce ne sera pas réparée.
Prenons l'exemple de ce soir, où Ginette, la femme qui se croit parfaite vient faire une dînette en salopette. Et bien hormis si elle s'est faite poser un drain depuis la dernière fois qu'on s'est vu, ce qui m'étonnerait car elle aurait bien fait partager l'expérience à ses lecteurs je sens que ça va vite me saouler. Déjà en arrivant après les bisettes d'usage je vais devoir la prévenir que si elle souhaite se repoudrer le nez se soulager en faisant des sudokus dans mes toilettes et bien il faudra qu'elle me prévienne genre dix minutes à l'avance et que si, on ne sait jamais, c'est pour la grosse commission et bien là elle m'envoie un mail une heure à l'avance et j'irais inonder le palier rien qu'pour elle. T'imagines le malaise auquel je me prépare depuis ce matin. Je me suis même dit bon allez c'bon on va bouffer dehors on s'en fout mais ah ! ce serait la priver de ma merveilleuse cuisine picardienne (non pas de picardie mais de chez picard).
Mais c'est alors que je pleurais sur mon sort que le vrai, le seul, l'unique, super Mario Bros mais sans la brosse histoire de passer incognito est arrivé à ma porte.
Et en deux/deux le voilà à cheval sur ma rambarde, ♪♫♫ ahhhahhhahhhahhhh en apesanteur♪♫♫, en train de changer le joint d'Hubert mon tuyau (oui à force on est devenu proche j'ai du lui trouver un nom).
Et bien je vais te dire un truc, Mario il est un peu du genre branleur. Parce qu'à la fin de l'intervention il a osé me dire que pfff franchement le faire venir pour un malheureux joint quoi merde c'était quand même une putain de perte de temps, sous-entendant je pense, que j'étais un peu une espèce de meuf incapable de se servir d'outils. j'ai hésité à l'attraper pour les cheveux (qu'il n'avait pas) pour lui frotter la gueule sur le parquet que j'ai si brillamment posé, ou encore sur la cuisine que j'ai monté (bon ok avec un pote mais fuck j'ai fait l'arpette quand même) et puis non, je me suis ravisée. Marquant un temps silencieux j'ai juste conclu sa visite en lui rappelant que hum chacun son métier, ce qui chez moi sous-entendait bien sûr chacun sa merde.

Bon maintenant que c'est réparé je vais faire semblant d'avoir fait la cuisine. Ginette ramènes tes michettes la dînette est prêêêête !


mardi 25 mai 2010

le jour où j'ai suinté sur le macadam

Bon t'as vu ça fait quelques semaines que je te dis rien et tu vis ça comme la plus grande des putasserie d'injustice de la Terre du Milieu, et je te comprend. Mais sache que je le fais dans un seul but : la flemme toi lecteur de mon coeur de coeur de pirate et de pierre. Et oui tu vois je peux pas te servir tout et n'importe quoi sur ce blog, il faut des sujets de fond, le poids des mots, le choc des photos, des thèmes qui t'élèvent un peu plus à chaque fois, pour que toi aussi tu atteignent l'Elolitisme.
Alors saches-le trouver un sujet en or ce n'est pas chose aisée. Et une fois qu'il est là, qu'on le tiens tel un précieux anneau dont je ne citerais pas le nom par soucis d'anonymat et bien encore faut-il se découaner le cerveau et faire un texte qui balance pas mal à Paris, ça balance pas mal qui envoie du pâté dans ta petite face de pet.
Et ça une fois de plus ce n'est pas une mince affaire. Parce que même si je suis funny funny and good good spirit et bien je suis humaine after all et je doute, parfois je me dis que j'écris de la chiasse et que vous êtes bien de venir vous hasarder ici. Bon après je me dis que même Christophe Maé a des fans malgré son ... euh comment on dit ? Ah oui son vomi art tout personnel Et enfin les textes que j'ai dans la tête faut que j'arrive à me coller devant l'écran pour te les raconter, te retranscrire mot pour mot les merveilleuses réflexions de mon lobe droit et ça je te le donne en mille Pétronille y'a qu'à regarder ma fréquence de posting ce n'est pas gagné.
Je voudrais te promettre que je vais au moins apparaître dans tes flux rss une fois pas semaine mais soyons honnête je suis une feignante née ... et une menteuse aussi hummmmm ... Donc oui lecteur de mon poumon gauche (oui je te déplace, c'est un peu comme si on refaisait Il était une fois la vie, la semaine prochaine tu seras mon globule ou ma trachée) je te promets que je te raconterais des trucs palpitants chaque semaine ! I Promise ! Wood cross, iron cross, si j'mens je s'rais bouffée par les vers !

Maintenant que tu connais more or less le cheminement de ma prose (oui je ne doute de rien on est lundi matin) je vais enfin te balancer le sujet. Et ouais parce que tu vois avant c'était l'intro, le plantage de décor, qui, en plus comme je suis folle forte n'a riiiiien à voir avec le sujet... Ce sujet de fond, mûrement réfléchi : les ampoules !
Ouais mais oh hein c'pas n'importe quelles ampoules, c'est l'ampoule du pied, celle qui suinte, celle qui économise ton énergie tellement tu hésites à bouger quand t'en as, limite tu étudies le pourquoi d'un quelconque mouvement et c'est parfois comme ça que, tu loupes une station de métro parce que bouger c'est bobo.
C'est enfin l'été et j'ai donc ressortie ma belle paire de miches sandales à talons vernis. Cette magnifique paire qui me tient en l'air par deux simple brides laquées. Presque le rêve américain à l'échelle d'un oignon de pied ... tu vois le concept. Elles m'ont faite rêver, dans leur boîte. Et après une nuit elles m'ont faite hurler, et saigner des pieds.
C'est fou quand même que deux malheureuses bridasses de merde, oui non mais j'étais colère donc quand j'y repenses j'insulte mes chaussures c'est normal, donc t'as deux trucs qui te traversent le pied tu te retrouves en une heure de tournée des grands ducs d'Oberkampf (cherches pas Lionel, y'a pas de Duc d'Oberkampf ... pffff) avec deux brides d'ampoules.
Tu sais que je suis rentrée du Nouveau Casino dans la nuit pieds nus, tu sais que j'ai pleuré ma petite race le lendemain avec cette barre de fer, cette barre à tout faire dans mon crâne en contemplant l'ampleur des dégâts.
Bilan à chaud : Aille.
Résultat : une semaine de tongs. No more talons. Du coup je n'ai pas acheté d'autres chaussures de l'été, un traumatisme presque.

En début de semaine dernière j'ai ressorti d'entre les morts de mon dressing la dite paire. J'étais un peu pleine d'appréhension, j'avais même sortie mes tongs prête à passer l'été avec. Non mais qu'on soit bien claire, enfin surtout toi moi j'adore les tongs mais bon faut savoir varier les plaisirs c'est comme tout.
Histoire de faire une sorte de thérapie de la sandale à brides abattues j'ai décidé d'aller faire mes courses avec chez l'ami qui venez du froid : Picard. Et bien c'est là que le corps humain te fout une putain de belle leçon en travers de ta gueule.
Car oui le pied il se souvient lui, il s'est adapté à la chaussure, il lui a suffi d'une fois pour ne plus reproduire la même erreur. Au final la shoes que t'a maudite comme une exe qui t'a plaqué comme une merde et bien ça devient ta meilleure amie de pied, pas comme une exe enfin ça dépend ouais mais non.
Et voilà Lolita et les sandales à brides vernies vécurent heureuses et hautes perchées et eurent beaucoup de verrues moccassins à glands Jimmy Choo.

Elle est pas belle la mirabelle ?


mardi 27 avril 2010

Le jour où j'avais une bonne excuse


En lisant le communiqué de mix-cité Rennes qui, à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie (Maladie non virale mais relativement grave puisque amputant entre autres la partie tolérante du cerveau humain) le 17 mai ET de la marche des Fiertés (parce que si t'es fière d'être gay tapes dans tes mains *clap,clap*) le 12 juin, ont décidés de collecter des témoignages sur le coming out à base de pow,pow,pow,pow « Et toi, ça s’est passé comment quand tu l’as dit ? », je me suis rendue compte que, primo avec cette phrase je risquais de détenir le record du monde catégorie papillon de lumière de la phrase la plus longue et deuzio je ne t'avais jamais racontée mon outing à la Firme.

Je ne suis pas quelqu'un qui se cache derrière un "mon amie" hasardeux et lorsque je discutasse avec mes collègues, boss ou clients je ne modifie pas la réalité histoire d'être dans une norme que je ne comprend pas. Alors en vrai, un coming out professionnel y'en a normalement pas vraiment, c'est un fait c'est comme ça et puis c'tout. Mais c'est vrai qu'il y a l'art et la manière d'annoncer le bousin. Alors tu crois m'connaître lecteur de mon coeur en canderel et tu m'imagines déjà courant dans le hall de la firme un rainbow flag en guise de cape avec un masque à paillettes sur le visage hurlant c'est moi super gouigouiiiiii ! ou bien encore faisant des avances à mes plus charmantes collègues (Tic et Tac rangeuses du risque je te le rappelle), en lui glissant des mots doux dans leur vestiaire ou en leur proposant d'améliorer leur connaissance en tableau excell en tête à tête. Et oui car saches-le Lecteur qui sent bon le poulpe frais, à la Firme quand tu sais faire une formule d'addition sur excell t'es une sorte de Déesse, alors autant te dire que je suis Reine de l'Univers et de la Milky Way avec tûtes les connaissances que j'ai sur excell.
Et bien non désolée de te décevoir, ou pas, mais bon j'ai fait plus original, une sorte de happening du Coming Out.
A l'époque, once upon a time, so so far away, in an other galaxy je partageais en gros mon temps entre mon appart et celui de La Sphynge, je venais de faire ma première semaine à la Firme et j'étais même genre, trop contente de travailler là-bas (bon depuis tout le monde sait que Firme=grosse connasse).
Le lundi, donc de ma seconde semaine, pointe le bout de son nez et je travaillais le soir. Qui dit travailler le soir dit espoir grasse mat' et c'est donc sans aucun scrupule que je restais légère et courte vêtue en mode étoile de mer dans le lit haut perché de la Sphynge alors qu'elle s'était levée à l'aube pour aller travailler. Bon quand même j'avais grommelé un bon courage en l'entendant claquer la porte hein, parce que bon, mine de rien, je sais être hyper civilisée pour pas dire la femme parfaite. Et puis j'avais entendu un truc en retournant la tête contre l'oreiller, un truc capital tu vois, mais bref l'appel de Morphée a parfois la priorité, donc sur le moment j'ai zappé ce fameux détail.
Puis vers 11h, après avoir fait mes étirements de chattes dans le lit j'me suis quand même décidé à redescendre de sa cabane au Canada pour prendre un café vite fait et repartir en direction de chez moi pour une quick douche un ravalement de façade. Et oui tu sais ma passion pour les travaux d'appartement et bien le sien était aussi en chantier et la salle de bain impraticable sauf si t'as fait Koh-Lanta.
Donc café ingurgité, Lolita rhabillée, vers la porte je me suis dirigée.
Et là, tu vois, c'est là que le détail tchue. Car le bruit que j'avais entendu, n'était pas issu de mes rêves mais bien de la réalité, ce bruit, lecteur de mon coeur, c'était celui du verrou, de la clef qui tourne, et qui t'enferme à l'intérieur.
Alors là, plan de bataille et stratégie, j'ai sorti mon fidèle paper-board pour étudier les diverses options :

A- Appeler la Sphynge et lui demander où elle cache la seconde clef qu'on a tous en cas de galère
B- Me la jouer Arsène Lupine et réussir à ouvrir la porte avec un cintre
C- Sauter par la fenêtre
D- Hurler jusqu'à ce que les pompiers arrivent et défoncent la porte
E- Ne pas aller travailler
F- Laisser enfin s'exprimer la Super Heroes qui sommeille en moi et traverser les murs

De ce plan de bataille j'ai du, contrainte et forcer, rayer un paquet de mentions inutiles. La demoiselle ne répondait pas à son téléphone et ceux malgré mon message flegmatique mes quinze messages empreints de panique. Ensuite en démontant un cintre je me suis fichue une branche en métal dans l'oeil, donc j'ai abandonné, la vue c'est la vie quoi. L'environnement fut attentivement étudié par mes soins, deuxième étage, arbre pas à porter de main passant devant la fenêtre, j'ai pensé à me la jouer kamikaze et à sauter quand même espérant croiser le tronc du dit arbre à un moment donné, le truc c'est que tout l'bousin donnait sur une cour intérieur, donc à nouveau enfermé, chez un inconnu psychopathe (alias le faux gardien de cet immeuble). Le coup de pompiers ça me semblait un peu ... risqué ... t'imagines toi, tu rentres chez toi et t'as plus de porte, juste parce que t'as un peu enfermé ta meuf à double tour. hum ... avoues-le c'est risqué ... me rester plus qu'à ne pas aller travailler car l'heure avançant et ne faisant pas partie de la ligue des Xmen je ne savais pas comment être à la Firme à l'heure.
Mais sur le coup j'étais un peu en mode flipette, une semaine après mon embauche je me retrouve dans une situation rocambolesque qui ressemble un peu à l'excuse du chien qui a mangé ton devoir de maths quoi. J'ai du me résigner à appeler ma Cheffe. En panique. Voire même aux bords des larmes, elle a décroché, et j'ai pleurniché un "Cheffe ma copine m'a enfermé sans faire exprès chez elle je peux pas sortir, je peux pas venir aujourd'hui, j'suis désolée, pardon, pardon, pardon, je te promets je ferais dix je vous salue Marie pour pénitence mais me renvoie pas s'teuplaitttttt !" Elle m'a posé des questions, genre qu'elle avait pompé sur mon paper-board, et moi je chouinnais non je peux pas sauter ma meuf habite trop haut blabla. Et là ... Silence ... Ahhhh mais t'es chez ta meuf, c'pas ta copine, enfin c'est ta vraie copine quoi ! (Bah non cheffe c'est une fausse, je la loue...). Elle m'a fait marché pendant cinq minutes en me disant ouais non mais j'ai compris, tu veux juste siester avec elle c'tout. Tu sais Lolita je vais devoir prendre des mesures quoi, ça l'fait pas après une semaine de travail de nous planter comme ça. Bref. Elle a éclaté de rire, m'a dit que c'était pas grave mais que je devais me calmer (oui, oui en mode flipette vraiment que j'te dis) et qu'on se voyait le lendemain si ma geôlière voulait bien me rendre ma liberté.

Une fois libre en fin d'aprèm, après avoir embrassé le sol de joie, je me suis mise à cogiter. Bah ouais, ma cheffe je la connaissais pas trop et je me suis dit que merde avec la hiérarchie faut toujours savoir un peu la manière de fonctionner avant de parler de vie privée. Je me suis dit que peut-être j'allais me faire emmerder, qu'elle allait me foutre au placard (haha) par peur ou rejet blabla. Mais non que nenni dans la vie des raviolis, elle a juste râler parce qu'au moins, avec mon prédécesseur, elle pouvait parler mec et partir en virée drague avec lui et que moi non. J'ai conclue, parce que j'aime avoir le dernier mot, que toute nouvelle expérience était bonne à prendre, même à son âge et que si elle voulait une virée drague y'avait pas de soucis.

Comme quoi les Coming out sont aussi des bons souvenirs. On en rigole encore, parce que n'empêche je détiens le record des excuses les plus bidons pour pas aller bosser !


jeudi 15 avril 2010

Le jour où j'ai attendu qu'il fasse noir pour les dégainer


Cher Monsieur Alain A.,

Je sais c'est un peu culotté de t'écrire (ouais foutu pour foutu en plus je te tutoies) comme ça alors qu'on ne se connaît pas mais ta réputation dépasse les frontières au point que tu t'payes le luxe de faire des pubs sur la grande muraille de Chine donc pour mon énorme soucis je suis sure que tu vas pouvoir m'aider.
Bon comme tu le sais il y a quelques mois, il y a eu une erruption apparition de petits hommes bleus qui sont toujours heureux au cinéma. Mais bon comme je me suis faite l'intégrale des Schtroumpfs quand j'étais petite je me suis dit qu'Avatar c'était qu'une pâle copie parce que bon y'aura toujours qu'un Gargamel dans le dedans de mon coeur. Donc je ne pas allée voir ce film, en plus depuis que Cameron fait croire qu'on tient pas à deux sur une planche de bois j'avoue que je le snobe grave. Je sais, je sais, j'ai raté un grand truc de ouf guedin qui révolutionne trop l'univers du septième art et que c'est trop la honte, mouais.
Le truc qui se passe c'est que pour moi la 3D c'est le mal. C'est vrai quoi Alain, invites moi à une partie de wii et t'es sûre que je te fais une petite galette au bout d'une demie-heure. Je te rassure hein, parce que je te sens déjà inquiet, l'honneur est sauf je peux encore jouer à Guitar heroes et montrer à quel point je suis certes, une quichouille en musique mais que je suis une quichouille rockstar !
Du coup, à chaque fois qu'un film en 3D sort, c'est la panique ! Je me souviens encore avoir été entraîné par Mémé, mais si tu sais Mémé [Lorie Staïle on]ma meilleure amie[Lorie Staïle Off] tu lis jamais mon blog ou bien ?! Donc bref Mémé grande folle qu'elle est m'a entraînée voir un dessin animé en 3D assez naze il faut bien l'avouer avec des hamsters agent secret ou je sais pas trop quoi. Oui tu vois c'était pas hautement intellectuel et je devrais quand même me rappeler quelques détails mais non ! J'étais traumatisée pendant toute la séance ! Et même en allant voir Alice, que j'attendais depuis quelque mois déjà je n'ai pas réussi à apprécier le pestacle comme il le fallait tellement j'étais contrariée !

Et c'est pour ça que je m'adresse à toi, ce soir, pleine de désespoir après j'irais à la patinoire et je m'habillerais toute en noir (Youhhhh la rime est riche ce soir) , Alain je t'en supplies aide-nous !
Qu'est-ce que c'est que c'est putain d'horreur de chiasse merdique de bordel de merde de lunettes 3D qu'on nous force à porter !
Sérieusement quoi, c'est pas comme si on vivait dans la petite maison dans la prairie et que comme Marie Ingalls on avait pas un choix de malade en matière de lunettes ! Non Madame ! Non Monsieur ! Il faut qu'on nous distribue des trucs en plastique hyper lourds qui lattent les petits nez délicats comme le mien ! En plus elles sont jaunes ! Alors ok je sais que la bourqua jaune sera hyper hype cet été mais quand même hein Alain, t'es lunetier, avoues-le toi aussi que c'est de la merde ! Fait quelque chose, entend mon cri d'angoisse à chaque fois que je rentre dans une salle de cinéma, déboursant en sus 3 euros parce que bon je crois que les salles de cinéma ont trop honte de vendre ces trucs et qu'elles préfèrent les louer.

Afflelou s'toup, fais nous rêver, j'veux des montures en écailles pour les enfants en sortie scolaire, j'veux des lunettes rondes comme quand j'étais ado, j'veux des grosses lun's bling bling pour toutes les pouffs comme moi ! J'veux du rouges, du zébré, du léopard, du diams, de l'accessoire, j'veux du luxe, du clipable ! J'veux pouvoir hurler Tchintchin à chaque début de séance pour te rendre hommage !
Je te le demande comme un service, au nom de la mode, des myopes et de Marie Ingalls, save the world, save the cheerleader save the Look !

Dans le cas contraire, et sans vouloir faire du chantage, je me verrais contrainte et forcée de ... contacter Johnny et Antoine. car si tu n'es pas assez intelligent pour changer l'une des faces de la 3D peut-être qu'Optic 2000 ou Atoll Les opticieeeeeens le seront.

Triplefoyettement votre,

Lolita



jeudi 1 avril 2010

Le jour où je me suis affranchie

[EDIT : 08h10]
Ce soir c'est décidé ce blog je le décède parce que bon voilà quoi !
Et tant qu'à faire de faire chier, allons jusqu'au bout : même pas je mets d'photo !
Allez Lecteur de mon coeur tu le sais bien ça devait arriver un jour, aujourd'hui on coupe l'cordon à coup de dents d'lait.
Sur ce, moi, je retourne sauver le monde sur mon papillon de lumière ! Bisous !

[EDIT : 18h43]
aha je t'ai bien eu patate crue que tu es !
Bah oui check ton calendrier rose hello kitty (comment ça tu n'as pas de calendrier rose Hello Kitty ? mais, mais tu sais qu'tu passes à côté d'une philosophie, si ce n'est la Ze Philosophie d'vie là ? moi j'dis ça, j'dis tout). Bon t'as vu on est le 1er janvier, mais le premier avril !
Naze et téléphoné à dix kilomètres Subtil et à mûrir de rire cette petite boutade était juste pour célébrer dans l'alégresse la plus folle la tradition des poissons d'avril. Hum je sais j'ai fait fort, l'année prochaine peut-être je mimerais un suicide au couteau à beurre en plein milieu de la Firme un jour où c'est noir de monde.
Le problème de ce jour, hormis qu'on a enfin le droit de jouer avec des aiguilles de se découvrir d'un fil c'est que c'est la porte ouverte à un grand n'importe quoi. Au début de la journée les bêtises sont bon enfant, genre ouais le petit Indien (et oui encore lui) sera pas là aujourd'hui et quand toi tu pleures déjà du surcroit de travail il arrive en hurlant Poisson d'avril. Et puis au fur et à mesure de la journée c'est l'engrenage, départ de feu, coupure d'électricité, suppression des primes annuelles validées par les délégués du personnel juste trop fiers d'eux d'annoncer ça, licenciement, insulte aux clients, on ne sait plus comment devenir le requin qui va bouffer ce pauv' petit poisson portant si mignon et ça beugle Poisson d'avril à tout bout d'champ.
Et puis vers 16h c'est le drame. Une de nos clientes fait un AVC en direct live, devant nos yeux ébahis. La regardant partir sur une civière j'ai cru bon de rire, d'applaudir et de lui décerner à titre posthume le titre de la meilleure poissonnière 2010, bah oui elle le méritait largement.

Ah oui sinon, petite astuce du jour pour éviter une troisième guerre mondiale, on dit pas à un client Chinois qui s'appelle zhang yu ... zhang yu very much ... ça ne le fait pas rire ... mais pas rire du tout ... Heureusement qu'il a pas vu le poisson qu'on lui a collé dans le dos ... Hahem.





vendredi 26 mars 2010

le jour où j'ai choisi entre deux pills


En début de semaine j'ai assisté à un moment d'exception et comme je suis pas une putasse à Frange mais un peu quand même je partage ça avec toi lecteur de mon coeur si chouquinou.
Plantage de décor : le 9-3 fonky fonky staîle à 23h in da station de métro. Je suis avec ma team, on est fourbutes, on veut rentrer dans nos maisons. On a des dilemnes typiquement parisiens, les uns sont partants pour la tête de ligne et d'autres favorisent le cul donc on tranche... Attend hein on tranche pas le cul mais genre on verdictise la tergiverscence (houlà mal de tête rien qu'à me relire) et donc on squatte le milieu du quai. Quelques minutes d'attente avant de voir un métro se pointer because on est en bout de ligne, ou en début c'est selon, mais avoues que quand t'es dans le 9-3 t'as tendance à voir le verre à moitié vide. Bref, la rame arrive et décharge une masse de touristes et d'autochtones, on fait pas gaffe, on se raconte nos vies toussa. On s'pose dans un wagon, au milieu hein puisque bon tête et cul, on a pas su choisir (argh grand dilemne de ma laïfe) comme on est quatre on s'installe dans un coin à quatre. Parce que ouais c'est comme ça tu vois, c'est une vérité transcendante mais quand t'es quatre tu cherches un coin chaleureux pour échanger et je suis sûre mais sûre de sûre qu'à la création des métros y'a eu genre un comité de la convivialité et qu'ils ont décidé de créer des tites alcoves pensant que les gens qui se connaissent pas se taperaient la tchatche et que ce serait un putain de truc trop fédérateur. Bon, on sait tous que c'est bullshit et que les gens préfèrent se découvrir à coup d'azerty qu'à coup de vraie politesse humaine.
Je m'inclus dedans hein aussi, franchement une meuf qui me tape la discute dans le métro elle risque de me voir monter le son de Nonos l'Archos... Hormis la 17h32 de la ligne 4 wagon 6 Montpa-Châtelet ... ouais elle ok c'est différent, c'est comme qui dirait l'exception exceptionnelle qui conforme la règle. Mais bref, je m'égare à nouveau alors que je suis bien décidée à vous raconter ce truc de foulie dont nous avons été témoin.
A un moment le p'tit indien (Nagawicka, Nagawicka, chantait gaiement sur le chemin, Nagawicka, Nagawicka ... tu n'as pas été mono, cette parenthèse ne te sers donc à rien) qu'on appelle ainsi parce qu'il est petit et indien et parce qu'il aime que j'entonne cette chanson à chaque fois, nous fait remarquer que putain de bordel de merde ça pue la gerbe et la vinasse. Donc là, on regarde un peu partout, on scanne le périmètre, les nasaux en alerte à l'affût d'une galette pas bretonne. On vois rien donc on reprends notre conversation tout en continuant à jouer à Samantha Stivens, notre sorcière bien aimée, car pouah c'est vrai que ça sentait la vieille vinasse qui s'est tapé un aller-retour dans l'œsophage. Oui j'ai un doctorat mention très bien dans ce domaine. Et donc d'un coup d'un seul je l'ai vu ... lui ... le gens que s'y tu t'arrêtes aux premières apparences t'appelles ça un ivrogne ... bah oui l'habit ne fait pas le moine j'en prend pour exemple Sarko ... il est petit et s'appelle Nicolas mais est-ce qu'il te rire comme le petit Nicolas le faisait quand t'avais 8 ans et que t'étais dans la classe de Mr Latrémaulière [true story].
Donc ce mec bah ça pouvait très bien être un poivrot qui boit de la villageoise qui tâche (oui la villageoise ça tâche chérie) au réveil te mendiant deux euros six cents non pas pour manger mais pour s'acheter autre chose que des bouteilles en plastoc because ça donne un putain de goût au raisin macéré (et un jour, si t'es sage, ce dont je doute, je te raconterais cette expérience extraordinaire que celle de boire du vin en briquette tetrapack (tout reste intact)). C'est vrai quoi, ça pouvait être un cadre quinqua qui venait de se mettre une race à la suite de la signature d'un gros contrat...
Bon, mais en fait c'était un poivrot quoi, qui devait zoner dans les souterrains parisiens chopant un métro une fois sur deux parce que trop d'alcool tue l'alcool et surtout les réflexes et t'as vite fait de te retrouver sur les voies et que donc un sur deux c'est finalement un bon rythme.
Il gueulait un peu le gars mais tu vois on comprenait pas trop ce qu'il disait. Alors que mes collègues étaient reparti à brosser la rubriques des chiens écrasés, moi, je restais concentrée sur le type. je sais pas trop pourquoi, hein j'ai une fascination particulière sur les poivrots mais je devais sentir poindre l'évènement.
Car vois-tu il ne gueulait pas dans le vide mais visiblement contre plusieurs personnes et il était tellement vénère qu'il s'est mis à pousser le vide et puis ensuite, ça a été très vite mais ça restera gravé à jamais dans ma mémoire ... de poisson rouge. Ce type-là je venais de comprendre ses gestes, cette chorégraphie de coups portés, c'était ... mais putain c'était Néo quoi ! Je spectationnais Matrix ! Et comme moi je suis dans la matrice (mais que je le savais pas encore tu m'suis ?) et bien je ne voyais juste pas encore les Monsieur Smith qui l'attaquaient ! c'était violent j'peux t'dire, il s'est appuyé sur les sièges de la station, c'était acapoera et boxe à la fois !
Bon en même temps c'était un peu la lutte du bien, du mal donc y'avait un enjeu de ouf guedin !
Quand les portes se sont fermées, je crois qu'il les achevait. Coup fatal, crochet du droit, triple loot's piqué et penalty, il a secoué le poing en signe de victoire ... mais le bip du métro se fermant a écrasé sa réplique valant le "Hasta la vista Baby" de Terminatorounet ou encore une grosse musique genre rock pour kids avec des gros riffs comme dans toutes les prod de ce genre.
Moi je m'en foutais de tout ce tralala et tandis que ce métro filait vers d'autres stations faisant défiler son générique de fin ferroviaire plus rien n'avait d'importance à mes yeux ... car moi j'avais vu Néo ... Néo du Métro.




mercredi 10 mars 2010

Le jour où je me suis faite pigeonner

Je me demandais depuis quelques jours pourquoi le rebord de ma fenêtre était devenu le rendez-vous des pigeons parisiens.
Je sais Lecteur de mon cœur c'est bientôt le printemps toussa blabla et je serais tentée de te croire malgré le choc climatique du moment, ou devrais-je dire la plus grande arnaque de cette année à savoir : je te fais péter un soleil de malade mental et quand tu sors ta jupette, tes hauts talons vernis et ton léger trench tu découvres que la planète elle te baise violemment à coup de température en dessous de zéro, de neige et que ouais ok tu tries peut-être pas tes déchets (c'est mal !) mais elle se venge bien la garce, voire même elle est comme la montagne elle gagne.
Moi je pensais que les pigeons ils étaient un peu comme moi tu vois, pas oui qu'il se ferrait pas avoir par ce beau soleil glacé, mais non ils sont fous-fous là, juste à quelques centimètres de moi et je bénis l'inventeur des fenêtres pour me séparer d'eux. Parce que je m'en bats la cacahouète des pigeons en règle général et encore plus maintenant que je n'ai plus de voiture et que donc je ne passe plus mes samedi après-midi avec tout un tas de blaireaux aux voitures plus tunées les unes que les autres au lavomatic du coin.
Mais le drame, c'est que j'ai une chatte. Bah si Piupium je t'en ai déjà parlé enfin Lionel suis bordel ou sinon je te destitue de ton grade de Lecteur de mon cœur. Et elle a beau être une princesse qui roule (oui oh ça va ! elle est pas grosse elle est pulpeuse) elle n'en reste pas moins une chasseuse. Du coup je ne l'ai jamais vu aussi vive et active hormis quand elle fait des conneries. Elle a les oreilles en mode Yoda combinée radar et les yeux exorbités dès qu'un de ces ruineurs de pare-brise atterri sur mon rebord de fenêtre balcon de 30cm sur 50cm.
J'ai l'impression d'avoir Coyote chez moi et qu'elle inventera n'importe quoi pour choper bipbip au risque de se péter la tronche du radiateur, comme hier midi, se ratatiner le museau en tentant un piqué-jeté sur la fenêtre comme ce matin, se prendre un coup de ces fameux talons vernis qui ont ripés sur une plaque de verglas cl'a-dit en passant, en miaulant des incantations sataniques pour faire ouvrir la fenêtre.
Tu vois lecteur en sucre glace je suis pas la seule à être la chanceuse détentrice de ce balcon all inclusive parisien dans ma cour. Mais visiblement mon rebord c'est ze place to be. J'ai même pensé à embaucher un aigle comme videur et faire payer les consos de mies de pain hyper chères histoire de payer le véto quand ma Pium sera toute plâtrée.
Mais jusqu'à ce matin je n'arrivais pas à piger pourquoi j'étais l'élue. Et enfin j'ai eu une illumination ! J'étais en plein rituel des 3C (café, clope, caca) et j'ai réalisé l'impensable, j'étais responsable de tout c'merdier et j'avais c'que je méritais.
l'été dernier j'ai posé des films sans tain sur mes fenêtres car j'en avais un peu marre que le voisin du balcon d'en face en sache tellement sur ma vie qu'il aurait pu sortir une thèse genre : La vie sexuel des lolitas en milieu urbain. Donc j'ai fait ma grosse blonde d'M6 et j'ai marouflé comme j'ai pu ce film plastique sur la fenêtre et ça marche vu que le voisin a déserté sa fenêtre. Donc moi je continues à voir ce qui se passe dehors tu saisis et du côté extérieur et bien ça donne ... un miroir. Et oui mais voilà élémentaire mon cher Watson ! Les pigeons viennent se nicher sur mes pots de fleurs pour copuler car ils peuvent mater le bousin en même temps ! Parce que bon pour un pigeon c'est pas simple de trouver une caméra et tout tu vois, et puis après faut avoir la télé pour remater leurs exploits !
Rha du coup je me demande si le matériel vidéo pour les pigeons n'est pas un marché porteur pour se faire des pépettes easy easy.